Il y a quelques jours encore, lorsque nous demandions à notre fille si elle avait un amoureux, elle nous répondait fièrement et béatement, que nous étions, je cite, "les amouuuuuurs de sa vie". Elle était notre amour, nous étions ses amours...

Mais en rentrant de la crèche l'autre soir, notre monde s'est effondré ! Le cordon a été coupé dans la journée, à notre insu.

En montant dans la voiture, voyant sa silhouette de pimousse grimper avec l'habileté d'un singe, mon coeur de maman devant chamallow, je sors un "et tu es l'amour de quiiiiiiiiii?" . D'un air très assuré, ma petit fille de bientôt troiz'ans, a plongé son regard dans le mien, avant d'avancer un tonitruant "Noahhhhhhhhhhh", suivi d'un sourire que l'on pouvait aisément qualifier de mièvre et de yeux qui puaient l'admiration.

Ca y est, c'est foutu, notre fille préfère les bras de Noah. Elle l'a touché en plein coeur. Ensemble ils font des "1, 2, 3 parteeeeeez",courent à s'en croûtifier les genoux dans la cour, inventent des jeux impropables de pompiers en prison. Le soir ce sont de longues minutes de "A demain, Noaaaaaaah", "Tataaaaa Mahinaaaaa"...

Il y a deux soirs, j'ai vu dans les yeux de ma fille, ce que je me souviens avoir ressenti une certaine année de maternelle, entre deux pneux usés, et un bac à sable détrempé...

C'est si bon de les voir grandir, s'affirmer, s'émanciper.

Ma fille devient grande et j'y prends du plaisir et je crois bien qu'elle aussi !