Deux ans, enfin 22 mois, et ma première vrai fête des mères. Comprenez, l'année dernière la mini ne comprenait pas grand chose à ce concept de fêter sa maman ! Mais cette année et la crèche aidant, c'est toute fière qu'elle m'a remis son, enfin SES cadeaux, vendredi soir, en y ajoutant un adorable "m'aime maman !".

Mais soyons honnête, cette année, comme l'année dernière, la fête des mères ne m'a pas vraiment émoustillée et cette année, j'étais encore plus fatiguée qu'il y a 365 jours. Cette année, j'avais cette envie folle qui me trottait depuis un moment en tête. Celle de m'échapper. Pas loin non, juste seule, m'échapper SEULE ! Parce que oui, j'aime ma fille, j'aime mon homme, mais franchement, la vie de maman-femme-maîtresse-working-girl, ça use, ça use... Et au bout d'un moment, bah tout fout le camp !

Ajoutez à cela un soupçon de famille envahissante, que dis-je, une bonne rasade et vous avez une mummy en burn out...qui n'en peut plus de tout gérer (gosse-repas-ménage et j'en passe), qui n'en peut plus de devoir sortir de sa douche habillée (oui mon adorable beau-frère et moi partageons le même toit, mais c'est tout !), qui n'en peut plus de devoir rabaisser la cuvette des toilettes, qui n'en peut plus d'étendre deux fois plus de caleçons...qui...qui...qui...n'en peut plus de trouver un loukoum affalé sur son canapé jour et nuit...(fin de la paranthèse "beaufrèredesque", il mérite un billet à lui tout seul !)...

Vous l'aurez compris...j'avais besoin de solitude, de calme, de sommeil, de magasines, de séries tv de filles, de cochonneries à grignoter, de FARNIENTE !

Vendredi soir, ce dont je ne me doutais pas, c'est que j'allais avoir une bien jolie attention. Je passe le pas de la porte et l'homme m'annonce qu'il faut que je prépare un sac pour la nuit... "Mais, et notre dîner chez nos amis, tu as prévu une grosse cuite ?! On cuve sur place ?"... Que nenni, ce soir, après notre dîner, je n'aurais qu'à déposer les deux amours de ma vie à la maison, avant de m'envoler pour un hôtel de la place... Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Oui, oui... Alors je fais ma maligne, mais bien sûr, j'ai longuement hésité 4 minutes chrono (mon homme me lit !!!)... Je me suis surtout demandée si j'allais être capable de glander me ressourcer tout le week-end, à seulement quelques kilomètres de mes chéris, sans culpabiliser, sans regretter le dimanche soir venu !

A la rescousse, coup de fil à la sister ! Concernant sa réaction, j'hésite encore : sauts de la joie pour exprimer son bonheur pour moi, ou réflexion intense pour savoir comment subtiliser mon identité et aller se caler sous la couette à ma place. Mais elle, et elle seule, maman de deux loupiots, sait ce que je ressens depuis quelques temps, ce qui ne peut m'empêcher, pour autant, de craquer à tout instant... Elle me fait alors promettre, que si coup de mou il y a, son portable reste branché pour voler à ma rescousse et m'empêcher d'écourter cette si douce parenthèse.

Bref... Le dîner chez nos amis est trop long à mon goût. Naaaaan, j'déconne j'adore mes potes... (ils me lisent! !!), mais j'avoue qu'à partir d'une certaine heure, ma seule envie était de rejoindre mon nouveau chez-moi.

23h45, me voilà on the road, musique à fond, je chante à tue-tête. Arrivée à une encablure de ma résidence secondaire, barrage de flics, une bagnole a eu la super méga bonne idée de se foutre sur le toit (aucun blessé rassurez-vous), du coup gros détour obligatoire ! Je me demande si le sort ne va pas s'acharner finalement... Je rebrousse chemin, contourne le couac et me retrouve dans ma chambre. Seule, sans un bruit, pas d'enfant, pas d'homme, moi face à moi-même, comme cela faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé.

Deux épisodes de Grey's Anatomy plus tard (oui je me suis rendue compte la semaine dernière que j'avais 2 saisons de retard...je croyais que la série était terminée... Shame on me !)...je sombre dans un profond sommeil, sous un édredon blanc immaculé...dans une chambre silencieuse.

Samedi, 10h : réveil...merde j'ai loupé le ptit déj'... Quoi faire ? Il fait gris... Je tends le bras, attrape la zapette, allume la tv de la chambre, et me mate des films débiles...

12h...mon ventre crie famine... Quelques bijoux achetés et une pizza plus tard, je suis de retour dans mon entre. Au programme ? Rien...juste rien... Du bouquinage, de la téloche...

18h...une petite douche s'impose.

21h...Retour du Quick, je m'installe devant Master Chef !

Dimanche...réveil 10h, direction le Spa de l'hôtel (ah oui, j'avais un bon pour un parcours aquatonic et un sauna aussi...!!!!). Deux heures de détente, de relaxation, de bien-être...

12h, récupération de mes chérichous, puis dégustation d'une bonne galette bretonne, accompagnée d'un petit cidre bio...le tout sous la grisaille hivernale...

14h, retour maison et sieste pour tout le monde !

PS 1 : Ah, et savez-vous qui j'ai retrouvé sur mon canapé ??? Je vous laisse deviner...

PS 2 : Inutile de vous préciser que la mini a été malade tout le week-end et que chéri-chéri a fait deux très courtes nuits...;-)

PS 3 : L'année prochaine ?! Même rengaine ! ;-)