La guerre est déclarée ! 

Une super chouette nana qui n'écrit trop bien sur son blog l'histoire de son homard de mari et de ses poites de filles n'arrête pas de me narguer... Vous me voyez obligée de riposter ! http://www.pourmieuxattendre.fr/

Le vocabulaire de la razmoket, Acte II !

Nenou : plus connu sous le petit nom de genou... Le nenou aime particulièrement le contact du sol, ou, au choix, que la félin de la maisonnée pose son derrière pile à cet endroit : attention sur les nenou, juste sur les nenou, pas sur les cuisses, ni sur les tibias...! Pauvre "ka" ! (faut suivre hein, cf premier article !).

Trissss : vous avez remarqué comme certaines lettres, voir syllabes ont tendance à diparaître ?! Ce mot là n'est pas mon préféré. Souvent associé à "peur" bébé... Donc, pour la traduction, lorsqu'un enfant pleure, Mahina nous assure que ce dernier est trissss...! Hier soir, à la crèche : "Maman, egade, Titi trisss, i peur...". Pauvre Titi aussi, il avait eu un petit accident et une nana de la crèche était en train de l'affubler d'un magnifique short à carreaux rose. C'est pas possible, la maman de Titi a du se gourrer le matin du drame ou alors, il s'agissait d'une vengeance subtilement orchestrée à l'encontre de son fils.

P(e)leut : il peleut... Il ne pleut jamais, non, non, il pe-leut ! Nuance...

To : dès que le soleil tape, il fait "to", ajoutez à cela un mouvement de main pour se protéger du-dit astre... Nous la harcellons depuis bébé pour qu'elle comprenne que le soleil est nocif, surtout sous nos latitudes ! Le "to" est régulièrement suivi de : "mamaaaaaaan, mes nénettes !!!!". Bah oui quoi, faut bien se protéger les yeux aussi !

Coutes : "pas coute Mahina", pas pipi, pas "coute"... Les débuts de la propreté il y a quelques mois... Désormais, une seule "coute" vient squatter le popotin mahinesque la nuit. On attend impatiemment le dodo sans "coute" !

Cueulotte : qui a donc fait son apparition suite à la disparition subite des "coutes" !

Tanpalon, lantapon... Bref ce qu'on enfile par-dessus la "cueulotte. La "dupe" étant beaucoup plus simple à dire, mais n'ayant pas la préférence de notre fille : "Nooooon maman, pas "dupe", à Mahina peut pas "couri" iiiiiiite avé la "dupe" !"

Tous les soirs, à l'heure du dîner, inlassablement, devant sa viande "Maman "pouké" ! Dysléxie vous avez dit ?!

Enfin, invariablement, à chaque étape de la journée, le fameux "Moi teule"... Qui a toute son importance ces derniers temps, et revenant de manière très récurrente ! Allez, cela nous prépare au "Poukoiiiiiiii", qui ne devrait pas, lui non-plus, tarder à faire son apparition !