h-20-1802025-1258750559[1]

Je fais mon terrible twooooooo youhouuuuuuuuuu ! Normalement, les bambins se rapprochant des deux ans nous en font voir de toutes les couleurs... Pour l'instant, de notre côté, ça va, on garde le cap. Mais c'est moi, oui moi, la maman de 28 ans, qui fait mon terrible two !!!

Deux ans... Ma fille va avoir deux ans en juillet... Deux ans que je serais maman. Vous savez tout ce que ces deux années peuvent impliquer : fatigue, maladies, nuits hâchées, frayeurs, bonheur, partage, découvertes...mais aussi deux ans, à essayer d'accorder nos violons, Lui, Elle et moi. Deux ans où il a fallu trouver un équilibre, une place, un juste milieu...

Deux ans de : un pas en avant, puis trois en arrière...

Deux années pour de nouveau me sentir femme, trouver ma place de mère, de femme, de femme, puis de mère. Passer de jeune femme à ces deux statuts qui amènent tant de responsabilités.

Et puis ça a pété !

J'ai implosé, en faisant croire que tout roulait, que je gérais. La petite, la maison, le boulot, les potes, la famille... Fatigue, stress, routine se sont alors installés. Et avec tout cela, une tendance à monter dans les tours, à m'impatienter, à devenir dure, injuste, voir irrascible... Alors, en toute logique, j'ai explosé !

L'impression d'être seule envers et contre tout, l'impression d'être seule face à Lui, contre Lui... L'impression d'être seule à me débattre dans mon mic-mac, ce sentiment d'être LA seule à vivre cette période si compliquée.

Une discussion en tête à tête, une discussion entre soeurs... De la réflexion, beaucoup, de la remise en question, nécessaire, un bilan, bénéfique et des résolutions. Qui suis-je et qui "souhaite-je" devenir ? Rester la même, oui, dans les grandes lignes, mes valeurs, ma sensibilité, mon rapport aux autres, au monde...

J'ai compris. Je n'ai jamais voulu atteindre la perfection (elle n'existe pas), mais j'ai toujours tout fait pour m'en approcher. Et sans m'en rendre compte, je me suis mis la pression. Il fallait alors être une mère presque parfaite, une femme presque parfaite et une working girl presque parfaite, mais du coup, j'en ai oublié l'essentiel : les miens, les autres et moi-même. Oublier qu'il fallait juste se contenter de savourer le moment présent, profiter de cette vie dont je rêvais gamine et que j'ai aujourd'hui, se délecter de ces moments en famille, entre amis, se réjouir des petits bonheurs quotidiens... Et tant pis si le ménage n'est pas fait, si c'est pasta party le soir, si notre fille a les pieds sales avant d'aller se coucher et si je pète de travers ! ;-)

Je suis une femme, je suis humaine et je ne peux tout contrôler, tout organiser, tout prévoir, tout, tout, tout...

Alors aux oubliettes la psycho-rigidité, bienvenue la souplesse ! Bye-bye l'intransigeance, hello la tolérance ! Hasta la vista les montées en puissance, et hola la coolitude !

Après une semaine d'introspection, de questionnements, de projection dans l'avenir. Après une semaine de coeur lourd, de larmes qui montent et de gorge nouée, j'ai décidé de mûrir, de m'apaiser et de me rendre heureuse, pour mieux les aimer et les rendre heureux. Je veux rendre mon homme le plus comblé possible, et donner à ma fille un bon exemple : une maman avec des défauts certes, mais une maman à l'écoute, calme, disponible et aimante.

La cocotte minute sous pression que j'étais ces derniers temps, va dégoupiller un peu et je crois que cela va etre bénéfique pour notre foyer.

Il m'aura fallu deux ans, presque, 21 mois, pour enfin atteindre le point de non retour et me retrouver face au mur : évoluer et avancer, ou stagner et se ratatiner...j'ai fait mon choix !

ryx8ebfq[1]